27/06/2006

La Paz

[Mode Individu ON]

Humeur musicale du jour : Echoes Pink Floyd

Humeur d’Emma : J’ai faiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Individu ON]

[Mode Conscience Rebelle ON]

 

Lovée dans mon alcôve, vitrée de rouge, je vous vois passer.  Chaque nuit c’est pareil, une sorte de  procession religieuse, la tête basse pour les timides, la tête haute pour les puissants.  Vous venez faire votre shopping, vous comparez les prix, la qualité de la viande : fraîche pour les nouvelles arrivées ou en promotion pour les anciennes,  parce qu’elles ont atteint la date limite de péremption.  Chaque nuit c’est pareil, un ballet glauque qui vient s’agglutiner en face des plus belles, enfin, des moins laides.  Vous nous regardez avec vos yeux avides, fantasmant déjà sur les parties de notre corps qui vous donneront le plus d’effet, qui vous font le plus envie.  C’est l’accessibilité qui vous excite, il suffit d’entrer, choisir, baiser et payer.  C’est simple, net et quelquefois, sans vraiment de bavures.  J’en ai vu des regards passer, sculpter mon corps de leur tranchant onirique, exaltant la peau nue de leur pupilles dilatées.  J’en ai vu des regards, croyez moi.  Des regards qui expriment la pitié de l’animal que l’on va achever, à coup de boutoir, encore et encore, de plus en plus fort, de sorte que la semence étouffe un ventre qui ne demande qu’à respirer.  Mais il suffoque, s’étrangle, régurgite quelque fois un trop plein nauséabond d’aisance distillée par un mauvais flacon, il se tord, se convulse, vous entoure pour mieux s’en repaître.  Mon ventre : spermathèque humaine où il me suffira de choisir, le meilleur des spécimens pour perpétuer votre race flagellaire.  Vous ne me dégoûtez pas, j’envie votre conscience oeucuménique, où il suffit simplement de fermer les yeux, quand vous me pénétrez, pour mieux penser à celles que vous n’aurez jamais.  Je ne suis qu’une fantaisie de plus, dans votre univers de papier corrodés d’imprudences.  Une fantaisie malsaine qui vous procure le plus grand bien.  Venez, venez, ne vous sentez pas honteux de commettre un acte d’une création réfrénée de plastique, je serais votre père, je serais votre mère, je serais votre amante, je serais Vôtre.

 

[Mode Conscience Rebelle OFF]

[Mode Individu OFF]

11:44 Écrit par Nola | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Nola, qu'est-ce que tu fouts Donnes d'abord a mangé a Emma ;-)

Écrit par : Yves | 27/06/2006

Yves mais c'est fait tsé !

Écrit par : Nola | 27/06/2006

Nola ;-)

Écrit par : Yves | 27/06/2006

;-) Mais bien sûr ma poule! ;-)))

Écrit par : Nola | 27/06/2006

j'ai fais une petite rajoute... chez moi, humeur du jour, avec clip vidéo ;-)

Écrit par : Yves | 27/06/2006

bon vais voir cela

Écrit par : Nola | 27/06/2006

Non Nola C'est Paranoid

Écrit par : Yves | 27/06/2006

C'est possible je ne sais pas

Écrit par : Yves | 27/06/2006

Tssssss faut revoir tes classiques mon grand ! ;-)))))))

Écrit par : Nola | 27/06/2006

Oui j'ai l'impression, j'ai trouvé un tas de video héhéhé

Écrit par : Yves | 27/06/2006

Les commentaires sont fermés.