06/09/2006

Les gants de velours

[Mode Individu ON]

Humeur musicale du jour : La Fanette de Jacques Brel

Humeur d’Emma : Les graviers, c’est super bon !

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Individu ON]

[Mode Belle Inconnue ON]

 

J’ai enfilé mes gants de velours, pour ne pas la toucher, pour ne pas la brusquer,  parce qu’il est des langages du corps qu’il vaut mieux taire, ou plutôt, ne pas se dire, juste pour laisser deviner combien la détresse d’une possessivité peut être dépendante de l’âme qui s’éparpille.  Elle est souvent restée muette, revenant de longs voyages intersidéraux où les décalages lumières sont si importants qu’ils obscurcissent l’absence.  Et pourtant, j’en avais tellement besoin, tellement envie, enfin, le tellement est beaucoup plus subtil que l’envie et le besoin, le tellement est une mesure inquantifiable, gigantesque, propre à chaque humanisants, alors que l’envie et le besoin ne sont que les expressions d’un égoïsme, vital certainement, mais d’un égoïsme quand même.

Alors j’ai enfilé mes gants de velours, doux rempart contre le toucher qui émerveille, mais qui use l’amour, parce que les vallées des corps sont conquises et que les montagnes n’offrent plus les mêmes paysages.  Mes mains n’étaient plus les miennes, elle pouvait désormais s’imaginer,  j’ai n’ai pas joué a être un autre, juste fait un peu semblant, pour la nouveauté de l’oubli dans ses paumes nues, pour ne pas que s’installe l’Infini Recommencement.  Mais elle ne disait rien, muette de splendeur si ce n’est ses incommensurables yeux verts, changeant avec le soleil qu’elle avait touché, qui finalement parlent pour elle.  

Je ne sais si elle a apprécié, je n’arrive pas encore à décoder toutes les facettes de son visage unique.  Mais je sais qu’elle était avec moi, malgré les vides de l’espace et je sais qu’elle m’avait gardé dans un coin de sa conscience intemporelle, celle qui ne s’effacera jamais.  Les distances ne tuent pas, la mémoire souvent.

 

Alors, pour ne pas que tu l’oublies, Sache que je …  Sache le !

 

[Mode Belle Inconnue OFF]

[Mode Individu OFF]

09:51 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |

Commentaires

Encore une fois!!! Chapeau bas, Nola

Écrit par : Yves | 06/09/2006

Hey Yves ! ça roule ?

Écrit par : Nola | 06/09/2006

Non hihihi ça roule pas ;-) ça marche, hihihi

Écrit par : Yves | 06/09/2006

Comme quoi... ça valait la peine d'attendre.
Même si le style a un peu changé, révélant quelqueS choseS, un peu plus aisée à décoder. Mais je parle pour moi, uniquement pour moi, et pour l'illusion que tu crées tout à l'intérieur de mon âme.
Ecrit-on mieux dans la souffrance mon Nola?
Kiss

Écrit par : Le P'tit Caillou | 06/09/2006

Petit Caillou C'est dans la souffrance que j'écris mes meilleurs textes ...

Écrit par : Nola | 06/09/2006

~Ï~ Yves => oui, c'est vrai ;-)

PS pour Petit Caillou : le style n'a pas changé, peut être es tu plus à même de comprendre ce que tu auras choisi de comprendre

Écrit par : Nola | 06/09/2006

C'est... bien ce que j'avais compris..!

Écrit par : Le P'tit Caillou | 06/09/2006

Alors ... c'est que tu es déjà en train de regarder l'horizon, par delà les barreaux ...

Écrit par : Nola | 06/09/2006

Et je confirme en effet, c'est sans doute moi qui comprends et capte différemment.
La tête entre les barreaux, c'est vrai que c'est mieux, beaucoup mieux.

Écrit par : Le P'tit Caillou | 06/09/2006

Petit Caillou ;-)

Écrit par : Nola | 06/09/2006

Au fait Nola Emma, elle préfère les graviers de cerises ou les graviers de fraises
Pffff elle est nulle celle là ;-)

Écrit par : Yves | 06/09/2006

Elle préfère les cornets ;-)

Écrit par : Nola | 06/09/2006

hihihi les cornets, tot ? hola ;-)

Écrit par : Yves | 06/09/2006

et tu oses dire que c'est plat?????????
je "sache que je....sache le", m'émeut particulièrement.

Écrit par : Bille | 06/09/2006

Ben vi pas terrible ! Enfin, je trouve. j'ai déjà fait mieux que ça !

Écrit par : Nola | 06/09/2006

ce que j'ai toujours aimé ici c'est toi , tes textes mais aussi les commentaires ;-))
passe une belle journée

Écrit par : Ange | 07/09/2006

coucou Angie Ai été faire un petit coucou chez toi !

Écrit par : Nola | 07/09/2006

bah Mon Nola, tu ne cherches pas un prix d'excellence à chaque fois que je sache; des hauts et des bas, dans la vie comme dans la prose; et puis, tes bas à toi sont quand même en altitude...;-)))

Écrit par : Bille | 07/09/2006

des ose et des bas résille ;-)

Écrit par : Bille | 07/09/2006

... Une fois dans ma vie, il m'est arrivé de vouloir très fort que les distances et la mémoire tuent toutes les 2, en coeur.
C'est une vieille histoire *°*
Belle journée

Écrit par : gaYa | 07/09/2006

Courtisée ??? Mouais... disons "draguée"... quand il a dit "coeur" il pensant "cul".... et je te dirais franchement que je veux d'abord savourer les AUTRES avantages du célibat.
Pour le moment, un mec, même en peinture, j'ai un peu difficile.
Sauf toi bien sûr.... :))))))

Écrit par : Le P'tit Caillou | 07/09/2006

~Ï~ Gaya =>j'adore les histoires ;-)
Petit Caillou => lol

Écrit par : Nola | 07/09/2006

Bonjour Nola C'est le premier commentaire que je laisse ici malgré mes arrêts fréquents. Tes textes, très souvent, se suffisent à eux-mêmes... Mais, je le sais maintenant, ce n'est pas une raison pour taire l'évidence: Quand tu écris, nous volons. Qu'on le veuille ou non.

Écrit par : artatum | 07/09/2006

She's like a jungle sometimes...May the blues be with you. comme un passage dans les méandres du coeur
rien ne se perd
tout est resté intact
douce pensées vers toi

Écrit par : Ellle .... | 08/09/2006

~Ï~ Artatum => hé bien, merci du compliment ! Haaaaa voler, quel sentiment de liberté !
Ellle => Qui à dit que tu étais une Bad Woman ? C'est bon de te revoir !

Écrit par : Nola | 08/09/2006

Les commentaires sont fermés.