01/11/2006

Des Nuées D'Aisances

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale du jour : Désenchantée de Mylène Farmer (j’avoue, j’ai un peu honte sur ce coup là !)

Humeur d’Emma : Bicuit !!! Qwaqwa !!!  Comprenez : pourrais-je, s’il vous plaît, venir vous quémander quelques biscuits pour atténuer ma faim et un peu d’eau cristalline pour apaiser ma soif ?

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Belle Inconnue ON]

[Mode Individu ON]

 

 

Je courbe légèrement le dos, pour ne pas recevoir les gouttes de pluies en plein visage.  Il fait nuit.  Je remonte le col de ma veste, non pas parce que j’ai froid, mais plutôt pour montrer aux rares passant que ma bouche sera cachée, que je n’ai pas envie de parler. 

C’est au détour d’un tunnel, fragile parmi les ombres qu’elle s’est éclairée à moi, de loin lorsque je l’ai aperçue, de trop près, lorsque j’ai pu distinguer ses attraits.  Il faut dire que j’étais en absence, en absence d’Elle depuis longtemps.  J’étais tombé dans une sorte de coma affectif, où l’imagination qui me sert de refuge n’a même plus besoin de concret pour pouvoir s’émanciper : chaque fugitive était mot, chaque monde était phrase et Elle, Elle redevenait simplement fugitive dans cet amalgame d’illusions.

C’est au détour de ce tunnel que j’ai cru.  Enfin, que j’aurais voulu croire que c’était Elle, mais non, sa robe était trop pauvre pour couvrir un Amour si Noble, ses cheveux trop mal coiffés pour ressembler à une esquisse qu’il me plaît de redécouvrir, parmi les tableaux de sa vie, ses yeux trop sombres pour illuminer mes folies absinthes et son apparence, beaucoup trop froide, ses postures beaucoup trop figées, engluée dans le froid du désespoir.

Elle attendait un je ne sais quoi de déjà arrivé, déjà passé.  Hébétée par ma venue, elle se contentait de fixer le sol.  Porcelaine immuable dans une verrière poussiéreuse.  Elle était devenue poupée, trop de fois cajolée et trop de fois remisée dans son écrin, prison de verre renfermée sur l’extérieur.  Elle n’avait que trop vu, les passants qui comme moi la rhabillaient du regard, compassion pervertie par la nudité de sa peau englobant les délices de la chair comme un ultime repas gargantuesque.  Finalement, je me suis rendu compte qu’elle n’attendait rien, mais moi, je l’attendais.  Elle.  J’attendais de reconnaître Sa Voix, Son Regard, Ses Mimiques, Ses Yeux enfin, tout ce qui fait qu’Elle n’était pas elle, et qu’Elle ne le serait certainement jamais.  Tout ce qui fait que j’ai cru la redécouvrir, au détour de ce tunnel, mais m’apercevant qu’elle était déjà découverte, je ne pouvais me résoudre à la réconforter.  J’aurais aimé la transformer, l’épurer, la redessiner, la pétrir encore, pour que la porcelaine revive et que son image soit différente, comparaison point par point et reconnaissance de ma Belle Inconnue.

Mais j’ai passé mon chemin, elle avait toujours les yeux fixés vers le sol comme un appel au secours muet, l’odeur qui émanait de cette statue était trop capiteuse pour que je m’y retrouve, trop écœurante pour m’aguicher.  Trop et trop peu en même temps, parce que sa vraie grâce, à Elle, c’est d’être dans le juste milieu de l’équilibre des sens.  Et puis.  Et Puis, et puis , ses yeux ne mentaient que trop le vert des siens.

 

 

[Mode Individu OFF]

[Mode Belle Inconnue OFF]

16:58 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

Commentaires

... Oui, c'est dangereux les yeus vert, surtout ceux couleur mante a l'eau
A plus mon pote

Écrit par : Yves | 01/11/2006

hahahahaha Pas mal !
Yep, Ciao

Écrit par : Nola | 02/11/2006

Cerveau "off", désolé! Se verser une menthe religieuse est dangereux car elle suce... le cerveau paraît-il.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 02/11/2006

hahahahaha pendant un court instant, j'y ai quand même cru !

Écrit par : Nola | 03/11/2006

hihihi Armand, et l'amende religieuse, elle suce ... ton pognon
Bonne journée a tout les deux

Écrit par : Yves | 03/11/2006

et c'est reparti pour un tour !

Écrit par : Nola | 03/11/2006

hahaha Oui on dirait bien ;-)

Écrit par : Yves | 03/11/2006

L'amante Religieuse Ou bien la Famme à Reigner

Écrit par : Nola | 03/11/2006

Heuuuuuuuuuuuuu La Femme, bien evidement

Écrit par : Nola | 03/11/2006

La femme a Raigner C'est la grasse Kelly ?

Écrit par : Yves | 03/11/2006

Kelly Osbourne ?

Écrit par : Nola | 03/11/2006

Hahaha mdr ;-)

Écrit par : Yves | 03/11/2006

mylene la fermière bon; on te pardonne pour cette fois. Tu comptes explorer les compagnons de la chanson aussi?

Écrit par : melle Bille | 03/11/2006

Suite à ton com sur mon blog,cool t'es qlq de sincère...

Écrit par : patrizia | 03/11/2006

superbe Franchement j'ai du mal à trouver un qualificatif pour ton blog. Cette ambiance noir avec les photos noir et blanc pour appuyer tes supers textes c'est génial. En passant chez toi je me déconnecte du monde. C'est vraiment un super blog.
Merci d'être passé chez moi.
P.S. Tu as les bonnes réponses.

Écrit par : trent | 04/11/2006

just un p'tit coucou :) bizzz

Écrit par : bio | 09/11/2006

Un jour, tu feras un (beau) film de tes rêves... ;-)

Amitiés,

Écrit par : Eric | 14/11/2006

Les commentaires sont fermés.