26/01/2007

Obsession

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale du jour :  People ain’t no good de Nick Cave and the Bad Seeds

Humeur d’Emma : That’s evolution babyyyyyyyyyy ! 

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Belle Inconnue ON]

[Mode Individu ON]

 

Il faisait froid, un peu.  C’était un de ces matins remplis de songes pas encore terminés de la nuit, ceux qui vous poursuivent pendant le moment où, même réveillé vous vous croyez encore endormi.  Il fallait que je sorte, que j’émerge de ces auto-aphorismes qui m’indiffèrent tellement une fois rendu compte que prononcés à haute voix, la magie mélodique de leurs sons ne veuille plus rien dire.

Il fallait que je sorte, j’ai poussé la porte intérieure des souvenirs.  L’endroit était désert, j’ai refermé derrière moi, juste pour ne pas être dérangé par la réalité.  Je me suis assis, il faisait froid, un peu.

 

KosoffPierPile[1]

 

J’ai longuement regardé, les yeux fermés pour mieux m’imprégner de l’ambiance qui devait être re-créée.  Immobile, si ce n’est la poitrine qui se soulevait à grande gorgée, engouffrant cet air brumeux qui n’existait pas.  Il fallait que je sorte, je suis sorti … de moi même, je crois, mais j’en suis sorti.

Faire le vide, être le vide, recommencer à dépérir, non.  J’avais besoin d’être seul, même si paradoxalement Elle m’accompagne partout où je vais, même si je m’efforce de ne pas y penser.  Elle s’imprime en moi comme une évidence, vindicative déchéance de l’homme envers La femme, vindicative déchéance du marron foncé contre le vert de son désespoir.

 

J’ai relevé la tête, un peu.  Je pensais me retrouver chez les cueilleuses de vents, mais ce n’étaient pas elles.  Trop statiques, trop rigides, celles là ne vibraient pas, elles s’enterraient au plus profond, pétrifiant l’assise de leurs fondations.  Elles étaient offertes à moi, mortes de solitudes, vivant dans l’éternité aqueuse, inconscientes de leurs semblables.  Certaines ont pu s’ériger, émerger du marécage de l’oubli, atteindre le soleil craché plutôt que dessiné.  Elles ont vu un semblant de lumière, elles ont tenté de s’y engouffrer telles des verges dans les entrailles pourries du ciel maudit.  Ce n’était que l’illusion d’un semblant de vie qui se dispersait en elles, la lumière ne réchauffe qu’une fois éteinte, qu’une fois que l’on sait que l’on est plongé dans l’opacité des « je t’aime » et que l’on sait, que l’on ne pourra jamais s’en passer.

 

Je me suis étendu, il faisait froid, un peu.  C’était un de ses matins remplis de rien, mais où la nuit promettait d’être féconde.  J’ai gardé mes songes et mes souvenirs pour l’hygiène de la destruction, jusqu’à ce que l’on ne distingue plus que ce moment : quand le jour devient nuit et que vous commencez doucement à vous en aller de la fébrilité inféconde.  Trop de mots venaient heurter et meurtrir l’amour qu’Elle n’avait plus pour moi, alors, je me suis étendu, les yeux ouverts, face aux réligieuses de brumes, les yeux mouillés par notre propre désespoir, un peu.

 

 

[Mode Individu OFF]

[Mode Belle inconnue OFF]

 

Photo : Brian Kosoff

15:00 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

Euh Air brumeux ?? Tu n'as pas d'antibrouillard sur ton opel Astral ? ;-)
J'ai honte là
Je te souhaite un excellent WE mon Pote

Écrit par : Yves | 26/01/2007

Yves ma voiture, c'est un point (mais j'ai des anti brouillards ;-))
Bon WE ma poule !

Écrit par : Nola | 26/01/2007

Ahhhh Elle est italienne ;-)

Écrit par : Yves | 26/01/2007

Yves oui, mais je l'ai acheté uniquement parce qu'elle était la moins chère !

Écrit par : Nola | 26/01/2007

oui oui on dit ça ;-)
hihihi

Écrit par : Yves | 26/01/2007

ben non c'était réellement la moins chère !

Écrit par : Nola | 26/01/2007

héhéhé je te charie ;-)

Écrit par : Yves | 26/01/2007

ben je sais tsé ! t'inquiète !

Écrit par : Nola | 26/01/2007

froids mais tellement beaux les matins froids
je me les imagine cent fois

Écrit par : Elise | 27/01/2007

euuuh c'est élargi ici ..?
j'aime bien Nick Cave^^
bonne fin de we Nola
bizzzz

Écrit par : bio | 28/01/2007

Les cueilleuses de vent, Superbes mots qui font rêver... Une promenade dans une autre dimension...

Amicalement
Marie

Écrit par : Marie Lanson | 29/01/2007

Les commentaires sont fermés.