31/01/2007

 Croisades intimistes

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale : Chi Mai d’Ennio Morricone

Humeur d’Emma : Fausse alerte 

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Belle Inconnue ON]

[Mode Individu ON]

 

 

Ton corps à demi nu me précède dans la précarité de la tendresse du mascara, tâché, ça et là d’étoffes voluptueuses qui érotisent l’instant.  Crissement du velours contre la soie, de la douceur face au glissant qui érode la peau en chantonnant.  Tu deviens immatérielle dans l’instant, devenant en même temps le souffle et l’envie, la chair et le désir, la beauté et l’inaccessible.

 

Mais d’un geste, tu me demandes de m’arrêter, la tête ailleurs, enterrée par de douloureux souvenirs, quelques graines d’amour déjà plantées auparavant mais qui commencent seulement à germer des fleurs fanées. Le fond de ta crypte n’est illuminé que par le reflet du réel, cavernée par quelques mythes platoniques, l’attelage ailé privilégiant l’obscurité à la raison.  Le feu noir se revigorant des peines et des cris, mais tellement réconfortant.

 

Mon âme à demi nue te précède dans l’immensité des Recommencements, effacée, ça et là par l’attente d’une étincelle.  Survoltée par la tension ténue, au fur et à mesure des couchers du soleil, au fur et à mesure des non dits électriques.  Je re-deviens maternelle, la patience n’est elle pas la mère de toute les vertus, et toi, virtuose des émotions, tu m’enseigne l’esclavagisme du besoin.

 

Et d’un mot, je ne te demande pas de t’arrêter, les fugitives arquées vers toi, quelques faisceaux de bonheur plantés au travers le terreau de la bonté, et où les fleurs, fières et colorées commencent à re-germer grâce à toute l’eau qu’elles reçoivent de mes yeux et toute cette lumière éclatante, qu’elles reçoivent de l’éclat du vert des tiens.  Je ne te demande pas de t’arrêter, parce qu’il est des mots réconfortant qui blessent la solitude, parce qu’il est des solitudes qui ne veulent pas être réconfortées, parce que le réconfort, c’est la solitude.

 

[Mode Individu OFF]

[Mode Belle inconnue OFF]

12:50 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

Commentaires

""""Je ne te demande pas de t’arrêter, parce qu’il est des mots réconfortant qui blessent la solitude, parce qu’il est des solitudes qui ne veulent pas être réconfortées, parce que le réconfort, c’est la solitude. """"
Je reste de longues minutes devant ces phrases et elles me parlent, elles me frissonnent, je les traduis à ma manière en mon sens et je laisse échaper quelques larmes mais c'est d'émotions
merci Nola, je t'embrasse

Écrit par : Ange | 31/01/2007

bonjour toiiiiiiiii comment av ma tite filleule? et toi comment vas tu? je te fais pleins de bisous

Écrit par : marraine | 31/01/2007

~Ï~ Ange => De rien, j'espère que ces mots te seront utiles.
Marrain => tout roule ! Et toi, ça va ?

Écrit par : Nola | 31/01/2007

Salut Nola Attention, l'éclat de vert ! ça coupe!!

Écrit par : Yves | 31/01/2007

Yves Joliiiiiiiiiii !

Écrit par : Nola | 31/01/2007

;-) Merci Nola

Écrit par : Yves | 31/01/2007

~Ï~ mais de rien ma poule !

Écrit par : Nola | 31/01/2007

Oui Nola ils me le sont déjà
merci ;-))

Écrit par : Ange | 31/01/2007

si je dis bonjour à Nola, je sais qu'il répondra bonjour.
il est bien ce Nola!

Écrit par : Milady Renoir | 31/01/2007

Milady que me vaut l'honneur ? ;-)
bonjour !

Écrit par : Nola | 31/01/2007

b'jour cool Emma va bien ,tant mieux et toi ? ça va ? ;)

Écrit par : bio | 01/02/2007

bio je dirais que ça pourrait aller mieux, et toi, ça roule ?

Écrit par : Nola | 01/02/2007

Cher Nola,
Les chiffres et lettres à recopier pour commenter sont réapparus...
Est-ce définitif?
J'en profite donc...
"Le terreau de la bonté". Ce doit être un engrais chimique découvert récemment car il n'y en a pas beaucoup à l'état naturel!
Amitiés

Écrit par : Armand | 01/02/2007

Armand effectivement ;-) Mais c'est parce que l'homme tend souvent à occulter sa vraie nature !

Écrit par : Nola | 01/02/2007

Les commentaires sont fermés.