06/02/2007

Augures divinatoires

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale : Birthday des Beatles (sur le mythique double album blanc)

Humeur d’Emma : Et pourquoiiiiiiiiii ???????????

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Belle Inconnue ON]

[Mode Individu ON]

 

 

On parle souvent du calme avant la tempête, rarement de celui qui lui succède.  Et pourtant, c’est celui que je préfère, quand le papier s’est déchiré des murs de reproches et que le vide s’est créé, autour de soi, ravagé par la force des vents acides et du sel des larmes.  Lorsque la  rancœur, trop amère pour être contenue se déverse dans le flot des paroles tels des courants marins trop froids qui iront se perdre dans l’horizon. 

C’est aussi quand les raz de marées et les tornades ont fait leurs offices, et que les vastes terres sont désolées, pour vous.  Quand il ne reste plus rien que ce qui doit être reconstruit, petit à petit, mêlant l’effort et la patience.  Mais c’est surtout quand plus rien ne peut être caché ou menti.  Que la vérité éclate comme des bulles de verre qui viendrait vous meurtrir la chair, tailladant vos péchés avec autant de lames effilées que la raison ou la vertu, perlant le rubis de votre précieux qui s’écoule, mourrant de vos poignets, assourdissant les battements de votre cœur, mais vidant votre âme des envies brunes de l’Héroïne.

Mais l’après, c’est aussi quand la douleur s’estompe pour faire place au renouveau.  Que le vent se fait au sud, amenant la tiédeur des sables trop blancs et des poussières des étoiles, immaculés par l’envergure des ailes des cigognes quand, ombragées par la fraîcheur des discours et cette insoutenable légèreté, ils se transforment en Amour, Passion et Silence.

Quand, remplissant mon âme des envies vertes de l’absinthe, je me laisse emporter par la brillance de ses discours et par la fluidité de ses gestes.  Quand au réveil, je me retrouve dans ses yeux, englués tout contre les miens, à quelques millimètres de cette distance de protection, que les hommes appellent, vital et que les femmes appellent complicité.  Quand le Thé au Mascara devient le seul endroit où j’ai envie de vivre, et quand elle me retient, pour ne pas que je m’en aille rejoindre l’autre cruauté …

J’adore le moment de l’après parce qu’il suggère la continuité, incommensurable d’éternité et parce que surtout, a l’instar d’avant qui ne s’est passé qu’une fois, l’après lui, devient possible et multiplié, un peu comme tout Ses chemins gorgés des capiteux de sa peau qui mènent arômes, qui mènent au Royaume qu’elle à construit, rien que pour moi.

J’avais des rêves et elle les a sublimés, mais pourtant, j’avais des rêves …

 

PS : depuis dimanche, j’ai un morceau de vie en moins, mais entre nous, je trouve que ça ne me vas pas trop mal.

 

[Mode Individu OFF]

[Mode Belle inconnue OFF]

13:24 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Cher Nola,
Qui a dit que les querelles de couple se résolvaient au lit? ;)
Amitiés.

Écrit par : Armand | 06/02/2007

Armand Ceux qui se lèvent la nuit pour aller chercher des cigarettes et que l'on ne revoit plus jamais !

Écrit par : Nola | 06/02/2007

La nuit tous les chats sont gris... Je pensais plutôt aux Familles nombreuses pour cause de disputes fréquentes...
Amitiés

Écrit par : Armand | 06/02/2007

c'est vrai que vu comme ça !

Écrit par : Nola | 06/02/2007

Les rêves... ... ne sont que l'ether qui nous permet de survivre... la vie c'est ce qui nous permet de mourrir

Écrit par : Yves | 06/02/2007

Yves tu lis trop ! (ou pas assez ;-)))))))))))

Écrit par : Nola | 06/02/2007

Plutot pas assez mais j'ai pas ma tête a moi

Écrit par : Yves | 06/02/2007

ha oui ? et tu as la tête à qui, alors ?

Écrit par : Nola | 06/02/2007

aaaaarfffff La tête de quelqu'un qui en a ras le bol de tout mais ça passera c'est juste un mauvais moment a passer

Écrit par : Yves | 06/02/2007

idem j'aime bcp les commentaires d'Yves je le rejoins

Écrit par : Elise | 08/02/2007

Les commentaires sont fermés.