06/03/2007

Autoportrait (1/2)

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale : Killing in the Name of de Rage Against The Machine

Humeur d’Emma : et pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiii ???? (bis)

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Individu ON]

[Mode Belle Inconnue ON]

 

autoportrait

 

-         Non, ne vous asseyez pas, le patron ne va plus tarder maintenant.

-         Ok, je reste debout.  Dites, où sommes-nous, j’ai du mal à cerner l’endroit ?

-         Dans une cuisine !!!  C’est si compliqué à deviner ?

 

Sur ces mots il s’en va par une porte que je n’avais pas remarquée au premier coup d’œil.  Je suis debout, dans une cuisine banale, je ne comprends pas vraiment ce que je fais ici.  Je dois encore m’être projeté dans un de ces mondes qui m’échappent, que je n’arrive pas à contrôler.  Cela m’arrive quelque fois, je me retrouve dans un endroit pas vraiment activé dans ma conscience et les choses s’écoulent, vivent et prennent forme, comme si j’étais seulement spectateur d’un changement, opéré quelque part, sans but précis.

Le robinet goutte, et le son régulier de l’eau qui vient se suicider, en tombant sur l’aluminium du réceptacle me donne l’impression d’une pendule aqueuse.  Un cri par seconde, une vie en moins dans le monde, mais rien ne porte à conséquence, ce n’était qu’une goutte parmi l’océan des foules, qui s’en souciera ?

La pièce était plongée dans des courants de lumières, blanches pour la plupart.  Elles rentraient par les fenêtres ouvertes, l’air y était frais, mais en y regardant plus près, les vitres étaient opaques, comme si nous étions coupés de l’horizon, comme si cet endroit était une sorte d’anonymat, nous n’y sommes plus personne et plus personne ne se souvient de nous.  La paix, le calme, le recommencement.

Près de l’arcade, deux mains viennent séparer les persiennes de soies, les ongles vernis de chocolat durci, elles s’immiscent dans le tissu qui s’écarte sans effort, des mains drapées d’incroyantes raisons d’aimer.   Ses yeux désormais familiers glissaient sans efforts le long de ma carcasse, un peu de pitié venait ternir la prunelle qui avait été jadis si brillante, je suppose que désormais Elle devait me voir différemment, et le vert qui venait s’amalgamer en moi me faisait ressentir la douleur de l’éloignement, lorsque les feuilles s’en vont de l’arbre et vont mourir par terre, décomposées, fanées et digérées.

Elle me fit asseoir sur une chaise qui traînait là, évapora la table qui se trouvait devant moi, mit le tabouret à sa place.  Elle posa un petit carton, juste au-dessus et elle me dit avec l’air grave des malicieux : vas y, torture toi ! 

Le temps de relever la tête, j’étais seul, assis sur cette chaise craquante d’inconfort, le tabouret devant moi et le mot dessiné par-dessus.  La cuisine avait disparu, j’étais dans une sorte de lieu sombre, délimité par les ombres qui se tachaient et qui délimitaient les cordons de l’insalubre.  Une sorte de cocon putride, illuminé par le bruit constant des gouttes qui tombent et qui n’ont pas changé ce qui reste du monde, finalement.

Je pris le carton de ma main droite, c’était une enveloppe en fait, scellée à la cire rougeoyante et malgré tout, froide comme un enterrement.  J’enlève le cachet, tire sur le morceau de papier protégé en son cœur, le porte au front, il y était inscrit au feutre noir : AUTOPORTRAIT.

Toujours assis, les mains qui massent la nuque.  Autoportrait, ce mot était devant moi, arrogant et je n’arrivais pas à lui donner un sens, en tout cas, le sens qui devrait me convenir.  Je retournais le carton, le déchirais, recomposait le puzzle de ses arabesques, rien.  Je me levais, tournais autour, m’éloignais, me rapprochais.  C’était hermétique, vide, sans substance.  Elle avait raison, je pense bien que la torture ne fasse que commencer, il qu’il me faudrait poursuivre l’insondable chemin qui sépare la raison de la connaissance …

 

 

[Mode Belle Inconnue OFF]

[Mode Individu OFF]

 

Photo Philippe Van Snick

15:30 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

Commentaires

Cuisine moderne expérimentale... Cher Nola,
Voilà ce qui arrive quand on remplace le chanvre indien par du chanvre de plombier: Conscience dénaturée, mais sans le nirvana qui devrait l'accompagner!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 06/03/2007

Hallucinant. J'ai fait un effort pour commenter, mais n'ai pas de lSD chez moi!

Écrit par : Armand | 06/03/2007

Armand Le chanvre de plombier ? Houla, non non non ;-)
Quand au LSD, je lui préfère la mescaline ;-)

Écrit par : Nola | 06/03/2007

humm "Le robinet goutte, et le son régulier de l’eau qui vient se suicider."...ah oui ça j'aime bcp mais mescaline?...ok je comprend mieux now ;))
bonne journée :)
kiss

Écrit par : bio | 07/03/2007

Bio ;-))))
Non, ce n'est pas vraiment ce que tu crois ;-)

Écrit par : Nola | 07/03/2007

Enigne... Un tabouret, un carton, une inscription 'autoportrait' ...
... hmmmm ça me parait très clair

Tu espères la revoir..., et bien tu vas pouvoir t'asseoir dessus !!!
;-)

Écrit par : Yves | 07/03/2007

Yves hahahahahaha, excellent, mais non, ce n'est pas ça !

Écrit par : Nola | 07/03/2007

Ahhh C'est peut-être a cause de l'accent carolo... T'a bourré ???
hihihi

Écrit par : Yves | 07/03/2007

non plus non ;-)))))))

Écrit par : Nola | 07/03/2007

Heureusement que j'ai tout lu car si je sors cette phrase...
je pense bien que la torture ne fasse que commencer, il qu’il me faudrait poursuivre l’insondable chemin qui sépare la raison de la connaissance …
Je me poserais tout de même des questions ;-)

Écrit par : Yves | 07/03/2007

toujours aussi tordu, tio !

Écrit par : Nola | 07/03/2007

Oui Nola Surtout quand j'ai rien a faire ;-)

Écrit par : Yves | 07/03/2007

dis donc... tu fume quoi??? ;)

Écrit par : valou | 07/03/2007

Valou Que de la bonne !

Écrit par : Nola | 07/03/2007

pas équipée mais quand même je vais regarder ma cuisine d'un autre oeil
moi aussi j'ai des absences

bigre!

Écrit par : elisecmd | 07/03/2007

Elise attend, la suite pour bientôt ...

Écrit par : Nola | 07/03/2007

censure recherches photo censurée à vendre au profit du sida

Écrit par : elisecmd | 08/03/2007

Les commentaires sont fermés.