21/05/2007

Faut dire qu'Elle était belle comme une perle d'eau ...

[Mode Individu ON]

Humeur Musicale : Scarlett Garden de My Dying Bride

Humeur d’Emma : Samedi, pour la première fois j’ai dit « Je t’aime » à mon Papa

[Mode Individu OFF]

 

[Mode Individu ON]

[Mode Belle Inconnue ON]

 

 

Je passe de plus en plus de temps au Thé au Mascara, ces temps ci.  Une fois la porte poussée, allongé à travers les effluves piquantes des souvenirs écarlates, je laisse venir à moi, les impressions bleues de la nuit des temps.

Je La vois, comme à l’accoutumée, ondulante de sensualité, la peau tellement douce, que même le sable du sol, ne s’y accroche pas, il s’écoule inexorablement, le long des chemins huileux de son désir.  Je La vois, mais j’ai l’impression que le verre de l’orgueil nous sépare encore.  Elle est là, en face de moi, mais je me heurte aux parois translucide de son incandescence.

Pas encore de contacts, je ne fais juste que la regarder.  Femme sauvage qui s’apprivoise d’elle-même, il serait indécent de se mettre trop en avant, d’apparaître tel un de ces fantômes qui sont toujours derrière l’épaule et qui se matérialisent, aux moments les plus incongrus, aux moments où la solitude des tensions est la plus nécessaire.  Aux moments qu’Elle n’a pas encore choisis, mais, ces moments seront ils ?

Je la regarde, je la sens, je l’entends : trois sens suffisent pour le moment.  Pour le toucher et le goûter, rien n’est moins improbable.  Je suis sa courbe montante et descendante, je vogue au gré des miettes d’eau qu’elle me laissera emporter avec moi.  Je la garde à l’intérieur, à l’intérieur même des cellules qui s’échangent touts ces fluides et qui font, qu’il y aura toujours beaucoup d’Elle en moi, même si ses infimes particules ne font qu’agrandir la flaque de l’addiction et qui, goutte à goutte, se transformera en rivière, puis en fleuve et pour finir en un océan sans fin et sans communes mesures.

Jamais la non connaissance n’aura été plus poignante.  Bousculé par les raisons même de son départ, j’ai été bousculé par les raisons même de sa réapparition.  Il a suffit de quelques mots, comme toujours, des mots que l’on ose pas se dire, parce qu’on à l’impression que tout à changé, alors que la situation est la même, si ce n’est nous qui faisons semblant d’être autrement, inébranlables malgré toutes les fissures apparentes et ouvertes qui coulent en nous !  Des mots qui feront mouche, à chaque fois parce qu’ils savent ce qu’ils signifient, et que nous, pauvres humanisants, nous taisons, parce qu’il est plus difficile d’ouvrir son cœur, que de laisser s’y échapper nos tristesses.  Alors, on se demande, si tout cela vaut la peine, souffrir ?  En fait non, la souffrance n’est que la cause d’un bonheur déchu et consommé, mais la souffrance, c’est aussi se faire violence pour ne pas vivre ce bonheur, simplement parce que l’on à peur de ressentir ce bien être qui s’insinue en vous et qui parfois, vous accompagne tout au long de votre vie.

C’est le paradoxe de la vie, le bonheur et la souffrance, intimement liés, l’un ne vivant pas sans l’autre, juste parce que nous faisons en sorte qu’il ne puisse pas en être autrement …

 

[Mode Belle Inconnue OFF]

[Mode Individu OFF]

13:15 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Eh oui... "....on à peur de ressentir ce bien être qui s’insinue en vous et qui parfois, vous accompagne tout au long de votre vie.
C’est le paradoxe de la vie, le bonheur et la souffrance, intimement liés, l’un ne vivant pas sans l’autre, juste parce que nous faisons en sorte qu’il ne puisse pas en être autrement …"
bien just tout ça....et My Dying Bride humm très bon choix :))

Écrit par : bio | 21/05/2007

Bio Je veux !!!, texte, musique et image collent bien ensemble ;-)))

Écrit par : Nola | 21/05/2007

Oui et en attendant... Queen chantait Show must go on....

Écrit par : Yves | 22/05/2007

et ce n'était pas leur meilleure !

Écrit par : Nola | 22/05/2007

Tiens, toi aussi tu as trouvé ton jardin secret ? ;-))

Écrit par : Eric | 22/05/2007

Discrète mais....tjrs présente On vibre,
Pour certaines personnes,
Dans la chaleur des orages,
Dans les sentiments troubles,
Dans l’électricité qui affleure,
Dans les mots qui affolent,
Dans les phrases qui vous agitent,
Inexplicablement.
Qu’il est doux de sentir l’ivresse,
Contenue,
Retenue,
Discrète et fugitive.
L’âme romantique aime se faire peur,
Se mettre en danger dans ses rêves,
Impossibles bien sûr,
Bien sûr….

Écrit par : Remember ->D'amélie à elle | 27/05/2007

Les commentaires sont fermés.