19/02/2008

Schizofrenia disturbata

 

decoration

 

[Mode Individu ON]
Humeur Musicale : Forest of Equilibrium des Cathedral
Humeur d’Emma : Je veux faire des bulles !
[Mode Individu OFF]

[Mode Individu ON]
[Mode Belle Inconnue ON]

J’aurais dû avoir un frère, un double de moi-même, un jumeau.  Il est mort, alors que nous avions seulement sept mois, encore en gestations, cet immense lac, chaud et visqueux qui me servait de refuge, de grotte, de maison et déjà d’asile.  Je l’ai vu péricliter, juste devant mes yeux, je n’ai rien pu faire, je n’ai rien voulu faire non plus.  Les faiseurs de miracles ont dit à ma mère que j’avais puisé son énergie vitale, pour que je puisse vivre, à sa place, sans lui, malgré moi.  Les faiseurs de miracles ont dit que je serais certainement schizophrène, ils n’avaient pas tort.  J’ai tué mon frère, je l’ai englobé, j’ai passé notre cordon ombilical autour de son cou, j’ai serré, j’ai survécu, sans remords, seulement quelques regrets, parfois, lorsque j’ai l’impression d’être vivant.
J’ai hérité de sa faiblesse, un peu de bien dans toute la marée de noirceur qui entoure mes décisions et mes envies.  Pour ce qui est de la conscience rétinienne de son envol, elle, je l’ai également décédée : étouffée par les péchés.
Je ne vis pas vraiment, si ce n’est que dans le regard des aveugles, je ne vous envie pas, si ce n’est que lorsque vous faîtes semblant d’être triste.  Je reste froid lorsque je regarde la misère cotonneuse, aux traits imprécis, anéantissement de la netteté au profit du f(l)ou.
Les faiseurs de miracles avaient raison, je suis schizophrène.  Je ne vis pas avec vous, enfin, je suis au milieu de vous, présent, mais pas vraiment avec vous.  Je suis conscient des réalités, mais je ne les accepte pas, un peu comme ces gens qui se plastiquent en priant pour que la gravité ne reprennent pas le dessus.  Je suis double, moi et moi, ou peut être moi et lui.  Qui sait ?  Qui saura ?  Lui sûrement pas.
Et puis, et puis, au détour d’une dégradation mentale, Elle m’est apparue, connivente et malicieuse, Elle m’a brusqué, bousculé, accepté, désarçonné, confronté, rassuré, pleuré, aimé enfin, toutes ces choses que vous faites, lorsque vous êtes convaincu que le Feu en vaut la chandelle.  Elle m’a simplement fait découvrir ce jumeau, qui était enfuit trop profondément en moi, et qui a ressurgit du fond de mes entrailles.  Je l’ai vomit et maudit, mais tout le bien qu’il y avait en lui avait fini par déteindre sur moi, je n’étais qu’un semblant de douleur et de confusion, à l’époque, je m’étais transformé en Vous, lorsque Vous Vous réveillez le matin et que vos draps trop froissés témoignent de l’immensité électrique.  Mon jumeau avait repris le dessus et la souffrance avait fait place à cette chose incommensurable qu’est l’Amour.  Ses fabuleux yeux verts m’avaient distillé du bien être, et j’en redemandais encore et encore.  J’étais devenu junkie, mais ces molécules éthérées, c’était mon corps qui les fabriquait et qui les dosait désormais.
Je montais sur les toits, et je vivais toutes ces choses que j’avais refoulées trop longtemps.  J’étais si léger, qu’il suffisait d’une pensée pour Nous projeter à des milliards d’étoiles, juste Elle et moi, planètes en fusions, création d’un nouvel univers.  J’étais si bien, Nous étions si bien, individualisme partagé, hybride et hermaphrodite.
J’étais tellement bien, que la neige se faisait cristal et que le soleil se faisait or, plombés par l’incommensurable dosage du cuivre de sa peau et du bronze foncé de ses cheveux.  L’émeraude de ses yeux contrastait avec l’améthyste de son âme, lorsque les rubis perlaient dans ses veines et palpitaient devant l’ambre de mes doigts.

Jusqu’à ce que, mon jumeau meure une seconde fois, de nouveau étouffé par le chagrin et le manque qui stagnaient autour de son cou, qui ont resserrés la corde des vies qui ne se croiseront probablement plus.  J’ai survécu, sans remords, seulement quelques regrets, parfois, lorsque j’ai l’impression d’avoir revécu.

Je suis redevenu schizophrène, mais je me rappelle de ce temps, cette renaissance partagée, je me rappelle et quelquefois, je m’envie …
 
[Mode Belle Inconnue OFF]
[Mode Individu OFF]

09:54 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

^^ la zike c'est du Doom ,j'aime bien les poupées aussi
bonne journée Nola :)
kisss

Écrit par : bio | 19/02/2008

Bio Doom tendence Gothique, oui, si tu aimes le stoner doom, je te conseille Electric Wizard, 5ves ou bien Cathedral, que du bonheur !
bonne journée itou !

Écrit par : Nola | 19/02/2008

Râââââ P'*$%@&#[*# ! T'es vraiment Fou de frapper les mots comme ça !!

Écrit par : L. | 19/02/2008

L Schizophrène oui ;-)))

Écrit par : Nola | 20/02/2008

Et bien ma poule Moi, c'est plutôt maniaco depressif ;-)
Plus on est de fou ...
Kisssss

Écrit par : Yves | 20/02/2008

Yves hahahahaha ;-)

Écrit par : Nola | 20/02/2008

Les commentaires sont fermés.