26/02/2008

L'écume des joues

 

decoration

 


[Mode Individu ON]
Humeur Musicale : Funeralopolis des Electric Wizard
Humeur d’Emma : un bisou barreau papa !!!
[Mode Individu OFF]

[Mode Individu ON]
[Mode Belle Inconnue ON]

C’était une de ces soirées d’été, moites et dégoulinantes de candeur lorsque l’on s’efforce d’ouvrir les yeux et que l’on se rend compte que finalement, il valait mieux les laisser fermés.  Mais il était trop tard pour occulter la persistance rétinienne, il était trop tard pour faire semblant que les alentours n’existaient pas et il était trop tard pour nier la confidence du souffle annonciateur de pluie qui déjà, tambourinait aux vitres, syncopée et cadencée par le rythme du puissant.

J’étais éveillé dans ce lit trop triste qui ne me rassurait plus, trop fatigué pour rêver d’Elle, d’ailleurs, j’avais le sentiment qu’Elle ne rêvait plus vraiment de moi ou alors de bribes en bribes, quand la pesanteur était trop forte et qu’Elle voulait s’offrir quelques minutes de bonheur pur et intense.  Je suppose qu’Elle se réservait et savourait ces moments, souvenir des sucreries de l’enfance où l’on avait droit qu’à un voyage, un seul à la fois, un seul pour la journée, un seul : déballer le papier qui enrobe les rêves, craquement caractéristique de la mise en place du décor, l’odeur concentrée du plaisir qui promet les vents et les voiles et ensuite, la mise en bouche du départ qui largue les amarres et qui nous entraîne vers l’immensité éthérée.

Je me suis levé, je suis sorti.  J’avais besoin de montrer à la Nuit battante que j’existais encore, que je serais là, toujours.  Evitant la lueur des réverbères, je laissais les gouttes ruisseler et transpercer le coton des humanisants, je les laissais se suicider sur ma peau, sans cris parce que telle est leur destinée, consciente et docile.  La fatigue se faisait de plus en plus lointaine, comme Elle et moi, évitant le soleil, fatiguant l’ombre de notre présence, de plus en plus lointaine, elle aussi.  Il n’y avait personne dehors, l’heure était trop tardive pour consommer l’amour et trop matinale pour quitter les bras qui serraient les péchés.  L’encre visqueuse des étoiles s’éveillait, dessinant les arabesques, sculptant les émotions cantonnées des bris de voix qui m’appelait au lointain, au beau milieu de ma tête.

Elle devait être en train de déballer le papier du souvenir, Elle me conviait à la connivence de l’Amour, Elle voulait Re-Vivre l’inimitable sensation des retrouvailles.  Elle m’a guidé à travers le labyrinthe de la ville, ses yeux verts m’indiquaient la marche à suivre « non, pas par là, oui, de ce côté ! », je me suis finalement retrouvé bordés de bancs et de jeunes arbres, les premiers jours renaissaient, Elle avait choisi l’endroit et Elle avait eu raison. Nous pouvions commencer la valse étourdissante des caresses, rappeler à nos corps combien il était bon de ne plus faire qu’un, combien il était bon de s’abandonner au luxuriant bonheur, combien il était important de briller dans l’écume de l’aurore.

C’était une de ces soirées d’été, moites et dégoulinantes de candeur lorsque l’on s’efforce d’ouvrir les yeux et que l’on se rend compte que finalement, on n’a plus envie de les refermer.

[Mode Belle Inconnue OFF]
[Mode Individu OFF]

 

 

14:31 Écrit par Nola dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

Si il te reste un morceau D'emballage de souvenir, j'en aurai besoin stp
A plus ma poule

Écrit par : Yves | 27/02/2008

Car même les yeux ouverts... ...tout n'est que sensations sur un tempo à l'unisson... boum boum...boum boum...

Écrit par : L. | 27/02/2008

~Ï~ Yves => je pourrais te trouver ça
L. => garder ses yeux ouverts, et néanmoins apercevoir ses magnifiques yeux verts ...

Écrit par : Nola | 28/02/2008

Comme c'est bon de s'abandonner ... ... surtout quand on est guidé.
Ca me manque.

Bien à toi,

Écrit par : Eric | 28/02/2008

Eric oui, quelquefois c'est bon de s'abandonner !

Écrit par : Nola | 29/02/2008

Alors les muppets ?! C'est la longue complainte post-hivernale ? ;-) Souriez, c'est bientôt le printemps

Écrit par : Boudlard | 29/02/2008

Salut Boud' Qu'est-ce que tu deviens ?
A plus

Écrit par : Yves | 01/03/2008

le commentaire le plus con du monde existe: la preuve COUCOU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : melle Bille | 01/03/2008

^^ bon we :)
kisss

Écrit par : bio | 01/03/2008

je voudrais tellement être guidée comme ça, et le retrouver, au bout du labyrinthe...

Écrit par : | 04/03/2008

Prends tes jambes à mon coup ! ;-) .

Écrit par : Bad' | 10/03/2008

Les commentaires sont fermés.